Sélectionner une page
RESEAU ENTREPRENDRE ISERE RENFORCE SON ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRENEURS A IMPACT

RESEAU ENTREPRENDRE ISERE RENFORCE SON ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRENEURS A IMPACT

RESEAU ENTREPRENDRE ISERE RENFORCE SON ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRENEURS A IMPACT

RESEAU ENTREPRENDRE ISERE RENFORCE SON ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRENEURS A IMPACT

En route vers l’entrepreneuriat à impact

Pour aller plus loin dans sa mission d’accompagnement à la création, à la reprise et au développement d’entreprises, le Réseau Entreprendre Isère s’engage à amener l’ensemble de sa communauté (lauréats, membres et partenaires, soit près de 300 chefs d’entreprises) vers une démarche à impact.

“Si l’impact sociétal et environnemental est la raison d’être de certains lauréats* depuis des années, nous souhaitons, petit à petit, accompagner toutes les entreprises à inscrire au cœur de leurs modèles économiques, des bonnes pratiques à impact“, précise Bruno Bimet, Président de REI.

C’est le cas par exemple de la société Remue-Ménage, qui par manque de fournisseurs en Europe est obligée de s’approvisionner en Chine. Cécile Mancret, la Dirigeante accompagnée par REI, réfléchit à comment réduire l’impact environnemental de la société en optimisant et mutualisant les flux de transport, de stockage des conteneurs de matières premières. Mais aussi en repensant les modes de production, le choix des matières premières et en réduisant de 80% leurs embalages plastiques.
Les initiatives peuvent donc être diverses allant d’actions simples comme le tri sélectif des déchets jusqu’à rétablir l’égalité hommes-femmes au sein des structures, aller vers une redistribution plus juste des dividendes ou encore impulser la relocalisation et prioriser les circuits courts… “Nous souhaitons donner à nos membres de l’inspiration mais aussi des modes d’emploi concrets grâce aux partages d’expériences et d’idées nouvelles de notre communauté “, insiste Bruno Bimet. 


Quelques exemples de Lauréats à impact : Finoptim (réduction de l’empreinte carbone), Alyl Sécurité (entreprise inclusive), Laiterie Gilbert (économie circulaire et ouverture de la gouvernance aux licenciés de marque), MonSenior.com (inclusion des sénoirs), Cocomiette (bière au pain recyclé), Tenbo (entreprise participative)…
(crédit Photo : Edward Howell)

CLAIRE FERRIER : DE LA LINGERIE AU BÂTI

CLAIRE FERRIER : DE LA LINGERIE AU BÂTI

CLAIRE FERRIER : de la lingerie au bâti

CLAIRE FERRIER : de la lingerie au bâti

Reprise – Croissance – Femme dirigeante dans le Bâtiment

Après avoir passé près de 6 ans dans l’univers de la lingerie, Claire Ferrier fait le grand écart et reprend en 2014 la société Artibo, une entreprise générale de second oeuvre. Avec le soutien des équipes historiques, elle diversifie l’activité et repositionne Artibo comme expert de la rénovation et l’aménagement des bâtiments pro (bureaux, commerces, agences bancaires…).
Affichant à son compteur des chiffres encourageants avec près de 400 clients, 1500 projets réalisés et 257 000 m2 aménagés ou rénovés depuis sa reprise, Claire Ferrier investit dans plus de 600m2 de nouveaux locaux au Versoud et s’ouvre à l’agencement BtoC de montagne. Un nouveau marché qui devrait permettre à Artibo, une croissance de 30% d’ici fin 2021.

Artibo en chiffre c’est : une équipe de 6 salariés et un CA moyen de 2 millions d’euros.
(Crédit photo : LabelRP)

On vous en dit pas plus, son COMMUNIQUE DE PRESSE est ICI

LES BRÄU : ILS LANCENT LEUR BRASSERIE EN PLEIN COVID

LES BRÄU : ILS LANCENT LEUR BRASSERIE EN PLEIN COVID

Les Bräu : ils lancent leur brasserie en plein Covid

Les Braü : ils lancent leur brasserie en plein Covid

Persévérance – Conso – Lancement Business

Les deux jeunes hommes sur la photo, ce sont Paul et Nicolas. 25 ans, amoureux des bonnes petits mousses… et deux caractères bien trempés !
Leur persévérance sans faille leur a en effet permis d’aller au bout de leur rêve. Remontons un peu le temps : on est en février 2020. Les deux amis ont bûché depuis plusieurs mois sur leur projet de brasserie et obtiennent l’accord de financement de la part d’une banque locale. Mars 2020 : le confinement arrive, avec toutes les mises à l’arrêt que l’on connaîtra. Dont bien sûr, la marche arrière enclenchée de la fameuse banque. Résultat pour eux : tout est à refaire. Dès l’été 2020, Paul et Nicolas contactent tous les responsables de banque qu’ils peuvent trouver sur LinkedIn, jusqu’à ce que l’une d’entre elles accepte enfin de le suivre. L’aventure continue !

Les deux entrepreneurs mettent la main sur un local dans la zone de Comboire, misent sur le seconde main pour le gros matériel : ils reprennent des cuves de brassage à une autre brasserie, achètent des fûts de bière reconditionnés… Il n’y a pas de petite économie !

Si les bières sont déjà en pleine production et disponibles à la vente au sein de leur brasserie ou chez quelques revendeurs locaux, l’idée est également de proposer dès 2022 un volet évènementiel. Paul et Nicolas souhaitent en effet mettre à disposition une scène locale avec des brasseries, des concerts, des expos, un bar animé… et ainsi créer un endroit convivial et laisser la part belle aux artistes locaux.

Chiffres clefs : 12 000 Litres de bières produits depuis le démarrage en novembre 2020, dont 4000 L vendus. Les deux amis aimeraient produire d’ici la fin de l’année 50 000 L.

“LA CRISE NE M’A PAS EMPÊCHÉ DE LANCER MON ACTIVITÉ PASSION”

“LA CRISE NE M’A PAS EMPÊCHÉ DE LANCER MON ACTIVITÉ PASSION”

“La crise ne m’a pas empêché de lancer mon activité-passion”

“La crise ne m’a pas empêché de lancer mon activité passion”

Petmarket – Art – Petit entrepreneur

Une nouvelle dose de Positive Attitude pour clôturer cette newsletter : Alexandre Jobert, graphiste de métier (à la fois indépendant et employé au FCG) a sauté le pas : il a décidé de prendre le contre-pied de ce contexte morose en lançant sa galerie de dessins inspirés des paysages montagneux de Grenoble. Fortement attaché à notre ville, cet artiste a toujours été mystifié par nos montagnes, leur aspect majestueux et imposant, leur puissance et leur beauté.

Le déclic, il l’a eu grâce au FCG : alors que le Club recevait Fabien Galthié en juin (pour les + néophytes d’entre nous : c’est le sélectionneur de l’Equipe de France de Rugby – ne nous remerciez pas-), sa Direction lui demande de réaliser un dessin représentant le territoire. Inspiré, il réalise un panoramique de Grenoble. Succès, émotion. Même pas peur, il se lance quelques semaines plus tard dans des séries. Aujourd’hui, 13 modèles composent la collection (Chaîne de Belldonne, du Vercors, Chartreuse, mais également d’autres massifs français).

“Le contexte nous empêche de fouler les montagnes, alors j’amène les montagnes chez les Grenoblois…” confie Alexandre Jobert.

Ses oeuvres sont disponibles en poster, sur toile tendue ou support aluminium brossé, via son site Internet Atelier Duo. Et puisqu’il aime Grenoble, il fonctionne en circuit court : ses créations sont imprimées chez Sepia Signalétique à Echirolles.

QWILD REVALORISE LES DECHETS DE VIANDE

QWILD REVALORISE LES DECHETS DE VIANDE

Qwild revalorise les déchets de viande

Qwild revalorise les déchets de viande

Petmarket – Recyclage – Pépite grenobloise

Estelle & Mégane ont créé Qwild, une société (lauréate de Réseau Entreprendre Isère) qui démocratise l’alimentation BARF pour nourrir sainement nos chiens et nos chats.
Le BARF est une tendance de nutrition basée exclusivement sur de la viande crue, non transformée, la plus naturelle possible, et pour faciliter l’accès à cette pratique, ces deux jeunes grenobloises se sont rapprochées des abattoirs et des éleveurs locaux pour leur proposer de recycler et revaloriser leurs déchets afin de les préparer en portion équilibrée et sur-mesure. 
Pour ce faire, elles ont développé un logiciel qui permet de prendre plusieurs critères en compte tels que : le poids, la taille, les allergies, la race de l’animal… afin de calculer la ration adéquate pour que nos animaux domestiques soient nourris à juste équilibre. Elles assurent donc le sourcing et le packaging de beaux morceaux de viande fraiche et os charnus.

Chiffres : compter 100€/mois pour nourrir un chien de 17 kg en moyenne, soit 3.30€ par jour pour qu’il mange sainement, sans pesticides, sans conservateurs et qu’il ait bonne haleine 🙂
A date elles ont déjà vendu 40 000 tonnes de viande depuis leurs débuts en 2018 ; un véritable marché en devenir qui touche de plus en plus de français soucieux de préserver la santé de leur fidèle compagnon !