Sélectionner une page
FINOPTIM : les cheminées les plus sexy de France

FINOPTIM : les cheminées les plus sexy de France

FINOPTIM : les cheminées les plus sexy de France

FINOPTIM : les cheminées les plus sexy de France

Performance énergétique – Design – Manufacture

Inserts ouverts, cheminées métalliques design, planchas et braseros outdoor… Rien n’arrête les deux fondateurs de Finoptim, la petite société iséroise devenue une référence incontournable dans l’univers de la combustion au feu de bois. Leur atout principal (en plus de leur bonne humeur communicative) ? La capacité à allier une esthétique brute à des performances remarquables. Parce qu’on ne plaisante ni avec le design, ni avec l’environnement.

Après avoir récolté une pluie de prix pour leurs produits innovants et généré un chiffre d’affaire de 1,8 millions d’euros en 2021, Baptiste Ploquin et David Lépiney poursuivent donc leur route avec le lancement de leur toute dernière nouveauté, la Flamanova. Fruit de plusieurs années de recherche et développement, cette nouvelle cheminée conçue à Grenoble dégage peu de polluants et offre un rendement particulièrement élevé. Et affiche un look résolument moderne qui irait drôlement bien dans notre salon, tiens.

Disponible à partir de 6.000 €, la Flamanova a été pensée pour s’intégrer dans tous les intérieurs, satisfaire toutes les exigences, et s’adapter à toutes les contraintes grâce à un catalogue de 6 couleurs élégantes (argent, sable, cuivre, noir, or et bordeaux), 2 orientations et 3 types de supports (soit 36 combinaisons possibles, si on a bien compté).

Côté technique et alors que 2022 marque un tournant pour le chauffage au bois avec l’entrée en vigueur de nouvelles normes européennes, Finoptim se place donc en expert des produits made in France de haute performance : faible émission de particules fines, rendement optimisé… Après la Flamaquartz et la Flamalpes, la très chic Flamanova permet de diffuser plus de chaleur tout en utilisant moins de bois. Bref : une cheminée sexy, écologique et fabriquée en France par une équipe dynamique et passionnée… What else, comme dirait George !

https://finoptim.eu/

ALTISOFT : le logiciel made in Alpes pour faciliter la trésorerie

ALTISOFT : le logiciel made in Alpes pour faciliter la trésorerie

ALTISOFT : le logiciel made in Alpes qui facilite la trésorerie

ALTISOFT : le logiciel made in Alpes qui facilite la trésorerie

Informatique – Croissance – FrenchTech – Innovation

Bien gérer sa trésorerie, c’est tout un art. Et soit on s’y connaît, soit on a un peu envie de pleurer devant d’austères tableurs Excel, ou des logiciels nébuleux remplis d’onglets dont on comprend à peine les intitulés. Parce qu’il a lui-même été confronté aux écueils des solutions disponibles sur le marché, l’autodidacte et serial-entrepreneur Jérôme Malandrino a conçu sa propre solution de gestion de trésorerie, à la fois intuitive et rapide à prendre en main… avant de décider de la commercialiser il y a moins d’un an, histoire de faciliter la vie d’autres gérants de PME et TPI.

Comment savoir si c’est le bon moment pour investir, recruter, réévaluer les rémunérations ou acquérir du matériel ? Le pilotage décisionnel courant se fait à travers le prévisionnel de trésorerie, mais les dirigeants n’ont pas toujours le temps de se former à la comptabilité. Face aux géants du secteur proposant pléthore de fonctionnalités destinées à « analyser le passé », ALTICASH a opté pour une lecture simple, sous forme de timeline, permettant plutôt aux entreprises de « construire demain ». Pensé par un entrepreneur et pour les entrepreneurs, le logiciel vise à devenir une référence sur un marché concurrentiel, grâce à son modèle économique clair et ultra accessible qui repose sur une formule d’abonnement online abordable (29€ HT/mois) et un produit customer-oriented, ergonomique et sécurisé, car 100 % crypté.

La société ALTISOFT a récemment décroché une bourse d’innovation FRENCH TECH à hauteur de 45.000 € via la BPI, qui salue l’efficience de son logiciel ALTICASH. Un premier soutien financier important pour la PME iséroise, qui ambitionne de passer la barre des 1.000 clients en 3 ans pour un CA de 360 k€, et de recruter une équipe d’une dizaine de personnes d’ici 2 ans. Des partenariats sont déjà à l’étude, notamment avec l’acteur local MY DSO MANAGER ou encore le site de référence INFOLÉGALE.FR.

https://www.alti-soft.com/

LES TENDANCES D’EMMA : la beauté en mode win-win

LES TENDANCES D’EMMA : la beauté en mode win-win

LES TENDANCES D’EMMA : la beauté win-win

LE TENDANCES D’EMMA : la beauté win-win

Engagement – RSE – Zéro déchet – Entreprise Vertueuse

Imaginez une baignoire entière remplie de déchets… Saviez-vous que cela correspond à la quantité de cotons jetés par femme et par an ? Pour y remédier, l’ex-infirmière, maman de 3 enfants et entrepreneure dans l’âme Emma Terrier a imaginé il y a 13 ans déjà des kits reproduisant tout le jetable de notre quotidien en version lavable ; sopalins, cotons démaquillants, lingettes bébé… De quoi grandement simplifier notre quotidien, et nous aider à diminuer notre consommation (pas hyper écolo, on avoue) de produits d’hygiène one-shot… Et ça, c’est déjà plutôt chouette.

Mais ce qui l’est encore plus, c’est qu’Emma s’est également attelée à créer toute une économie symbiotique et vertueuse, dans laquelle chaque décision est le fruit d’une réflexion plus globale, depuis le choix de ses fournisseurs en passant par la fabrication Made in France, la création d’un atelier d’insertion destiné aux repris de justice et personnes en difficulté, ou encore la recherche permanente de rationalisation de son empreinte écologique… Et sur ce point, elle a récemment pu compter sur le soutien de sa communauté de 30k followers. Après sondage, 60% des consomm’acteurs consultés ont en effet approuvé le fait de retirer le sur-emballage « marketing » des produits d’hygiène proposés sur la boutique en ligne. Le même produit, avec moins de carton, donc…. So what ? Et bien figurez-vous que ce petit geste, pas si anodin au demeurant, devrait tout de même permettre à la PME aindinoise (c’est-à-dire « basée dans l’Ain », merci Wikipédia) de diviser par 4 sa quantité d’emballages à fin 2022. Quand même.

Et non contentes d’aider la planète à mieux respirer, Les Tendances d’Emma répercutent également l’économie réalisée sur le prix de vente consommateur. Bref, que ce soit la planète, notre conscience et notre porte-monnaie : tout le monde y gagne… et c’est tant mieux !

https://www.tendances-emma.fr/

OONAU, LE PREMIER MATELAS CONCU EN ECONOMIE CIRCULAIRE

OONAU, LE PREMIER MATELAS CONCU EN ECONOMIE CIRCULAIRE

OONAU, LE PREMIER MATELAS CONCU EN ECONOMIE CIRCULAIRE

Oonau, le premier matelas conçu en économie circulaire

Création d’entreprise – Literie made in Isère

Afin de stopper les déchets de matelas estimés à 5 millions en France par an, Michaël Enkirche, un isérois professionnel de la literie depuis plus de 20 ans, a eu l’idée de créer des matelas pour enfants 100% recyclabes et 100% lavables sous la marque Oonau.

C’est composé d’un matériau à base de polymère et d’une nouvelle technologie appelée le Breathair que cet entrepreneur réinvente la literie pour enfant. Oonau a déjà vendu 170 matelas depuis sa création le 1er septembre 2021 et ambitionne un CA 2022 d’un million d’euros grâce aux 700 000 naissances estimées par an.

Et pour aller plus loin dans cette démarche éco-responsable, Oonau réinstaure la consigne : chaque matelas est vendu avec une consigne incitative de 50 euros qui permet de récupérer les matelas bébés au bout de 30 mois d’utilisation et les matelas enfants au bout de sept ans, afin de les recycler pour leur donner une seconde vie ; le polymère étant recyclable à l’infini !

Les équipes sont en train de développer une gamme adulte et séniors pour 2022.

PANESSIEL : UNE CROISSANCE A 2 CHIFFRES MALGRE LA CRISE

PANESSIEL : UNE CROISSANCE A 2 CHIFFRES MALGRE LA CRISE

PANESSIEL : UNE CROISSANCE A DEUX CHIFFRES MALGRE LA CRISE

Panessiel : une croissance à 2 chiffres malgré la crise

Made in France – Croissance 

On le sait, la crise Covid a renforcé l’envie de consommer Made in France. Dans l’industrie, la tendance est à la rélocalisation. “Nous, cela fait 10 ans qu’on fabrique nos fèves en France !” scande Jean-Michel Rojat, président de Panessiel. Malgré des prix de revient forcément plus élevés qu’une fabrication asiatique, Panessiel (qui, rappelons-le est basé à St Ismier) accompagne toujours plus d’artisans français qui veulent affirmer leur positionnement local et défendre leur patrimoine.

La PME travaille avec plus de 500 boulangeries françaises sur le territoire. Son développement n’a pas cessé malgré la crise, bien au contraire, et elle continue d’afficher une croissance à 2 chiffres chaque année.

LE COMMUNIQUÉ ICI