Sélectionner une page
QWILD REVALORISE LES DECHETS DE VIANDE

QWILD REVALORISE LES DECHETS DE VIANDE

Qwild revalorise les déchets de viande

Qwild revalorise les déchets de viande

Petmarket – Recyclage – Pépite grenobloise

Estelle & Mégane ont créé Qwild, une société (lauréate de Réseau Entreprendre Isère) qui démocratise l’alimentation BARF pour nourrir sainement nos chiens et nos chats.
Le BARF est une tendance de nutrition basée exclusivement sur de la viande crue, non transformée, la plus naturelle possible, et pour faciliter l’accès à cette pratique, ces deux jeunes grenobloises se sont rapprochées des abattoirs et des éleveurs locaux pour leur proposer de recycler et revaloriser leurs déchets afin de les préparer en portion équilibrée et sur-mesure. 
Pour ce faire, elles ont développé un logiciel qui permet de prendre plusieurs critères en compte tels que : le poids, la taille, les allergies, la race de l’animal… afin de calculer la ration adéquate pour que nos animaux domestiques soient nourris à juste équilibre. Elles assurent donc le sourcing et le packaging de beaux morceaux de viande fraiche et os charnus.

Chiffres : compter 100€/mois pour nourrir un chien de 17 kg en moyenne, soit 3.30€ par jour pour qu’il mange sainement, sans pesticides, sans conservateurs et qu’il ait bonne haleine 🙂
A date elles ont déjà vendu 40 000 tonnes de viande depuis leurs débuts en 2018 ; un véritable marché en devenir qui touche de plus en plus de français soucieux de préserver la santé de leur fidèle compagnon !

QUAND ANTESITE RENCONTRE LE CRETIN DES ALPES

QUAND ANTESITE RENCONTRE LE CRETIN DES ALPES

Quand Antésite rencontre le Crétin des Alpes

Quand Antésite rencontre le Crétin des Alpes

Industrie – Co-branding – Made in Isère


Antésite signe une nouvelle collab 100% made in Isère. Après Columbus Café et Têtes Brûlées, c’est le jeune Crétin des Alpes qui fait appel au savoir-faire historique d’Antésite pour créer ses premiers sirops. La production est lancée avec une gamme de 3 références bio : citron, menthe, grenadine qui sera distribuée dans toutes les petites épiceries fines et commerces de proximité de notre région.

Trois parfums traditionnels pour mettre un premier pied dans les rayons sirops bio mais la collaboration ne fait que commencer. Avec pour cœur de métier le développement d’aromes et l’extraction végétale, Antésite travaille déjà sur d’autres saveurs plus spécifiques mais aussi sur d’autres boissons estampillées Crétin des Alpes by Antésite.  

(Crédit photo : Yann d’Ascoli)

KING JOUET GRENOBLE : UNE HISTOIRE DE FAMILLE ET DE PROXIMITE

KING JOUET GRENOBLE : UNE HISTOIRE DE FAMILLE ET DE PROXIMITE

KING JOUET GRENOBLE : UNE HISTOIRE DE FAMILLE ET DE PROXIMITE

KING JOUET GRENOBLE : UNE HISTOIRE DE FAMILLE ET DE PROXIMITE

Commerce de proximité – Entrepreneuriat  

Nichée au cœur de Grenoble, la boutique de Thomas Granget (29 ans) est l’une des rares boutiques “indépendante” du groupe King Jouet. A la grande différence des magasins “succursales”, le gérant est ici libre de ses choix et de son développement (sélection des marques, nombre de références produits, merchandising, équipes, communication sur les réseaux sociaux…), tout en bénéficiant de la force de frappe du groupe (visibilité, confiance fournisseurs, digitalisation des espaces, CRM…). 

Parmi quelques produits marketés (Star Wars & co.), Thomas fait la part belle aux marques “boutique” mais aussi au made in France et ambitionne d’ouvrir ses portes aux créateurs locaux qui souhaiteraient bénéficier de la notoriété de l’enseigne. Un magasin qui fait la différence par son offre mais aussi par sa proximité et ses services !
Avec ses 6 salariés, cette entreprise qui se veut familiale se met en quatre pour assurer la livraison à domicile, répondre aux demandes ultra personnalisées (comme un anniversaire de dernière minute), organiser des jeux-concours donnant accès à des jouets inédits… et ainsi faire face à internet et aux géants de la distribution.

Et ça marche ! Avec en moyenne 6000 références produits, la boutique de Thomas affiche un CA 2019 de 1.5M€ et une croissance de 40% depuis sa création en 2016. Des résultats qui confirment l’engouement des consommateurs pour le retour aux commerces de proximité. 

WIZBII SORT UNE ENQUETE SUR LES JEUNES ET LA SANTÉ

WIZBII SORT UNE ENQUETE SUR LES JEUNES ET LA SANTÉ

WIZBII DÉVOILE UNE ENQUETE SUR LES JEUNES ET LEUR SANTÉ 

WIZBII dévoile une enquête sur les jeunes et leur santé

 !

Enquête – Santé – Société

Les jeunes et leur rapport à la santé : c’est le thème qu’a abordé WIZBII dans un sondage réalisé auprès de plus de 678 jeunes âgés de 18 à 29 ans dans ce contexte de crise sanitaire. Inquiétudes, difficulté dans l’accès aux soins, budget santé, usage de la téléconsultation…). Parmi les résultats obtenus, un chiffre interpelle : 2/3 des jeunes craignent de développer des troubles psychologiques.

Un clin d’oeil sur les autres résultats :

– 54 euros par mois : le budget moyen alloué aux dépenses de santé
– La difficulté n°1 : les coûts des soins et les mauvais remboursements 
– 11% des jeunes ont déjà utilisé la téléconsultation
– 34% des jeunes ont besoin d’une consultation physique pour être rassurés

Pour rappel, WIZBII aide 4,5 millions de jeunes à entrer dans la vie active grâce à différents services (recherche d’emploi, financement de la vie étudiante, mutuelle santé…)

Le communiqué complet est ici !

POST-COVID : AZUR CONFORT A PLEIN RÉGIME CET ÉTÉ MAIS SANS VISIBILITÉ LONG-TERME

POST-COVID : AZUR CONFORT A PLEIN RÉGIME CET ÉTÉ MAIS SANS VISIBILITÉ LONG-TERME

POST-COVID : AZUR CONFORT À PLEIN REGIME CET ÉTÉ, MAIS SANS VISIBILITÉ LONG-TERME

 

Post-Covid : Azur Confort à plein régime cet été mais sans visibilité long-terme 

Mobilier Bois – Fabrication 100% Isère – Histoire de reprise

Voilà une pépite comme on aime les découvrir : Azur Confort, nichée au coeur de la Chartreuse, est une manufacture de mobilier extérieur en bois haut de gamme, qui fabrique tout sur place, dans son atelier. Historiquement entreprise familiale depuis les années 30, Azur Confort, connue et reconnue notamment pour son célèbre Fauteuil “Metteur en Scène”, a été reprise en 2016 par Raphaël Voisine, qui a injecté 250 000 euros d’investissement et recentré l’activité sur la production pure. Son marché ? Une clientèle pro (hébergements, hôtels, cafés, restaurants…) située principalement sur les Alpes françaises et suisses et sur le sud de la France.

Affichant un CA 2019 de 1,7 million d’euros, Azur Confort doit aujourd’hui adapter son rythme de fabrication. En arrêt total pendant 2 mois, l’atelier doit maintenant honorer les commandes passées avant le confinement, et répondre en même temps aux nouvelles demandes. Les 12 collaborateurs (dont le dirigeant) sont tous sur le front ! Une visibilité de business malgré tout court-terme… car Raphaël Voisine ne sait pas quel va être le volume de commandes à partir de septembre. 

Si la manufacture enregistrait en 2018 moins de 700 fauteuils iconiques vendus, elle est passée à 1000 en 2019, et plus de 2000 en 2020. Une hausse de commandes qui ne doit cependant pas leurrer : l‘entreprise prévoit de réaliser 1,2 million de CA sur 2020, l’exercice se terminant au 31 août 2020, soit une perte de 500 K euros, la saison d’été ayant été amputée.

Pas de quoi décourager Raphaël Voisine qui a profité du confinement pour lancer un e-shop à destination des particuliers.

 

Azur Confort sous toutes ses coutures ici

 

 

 

ATHANOR, L’USINE QUI ASSURE L’INCINERATION DE NOS DÉCHETS PENDANT LA CRISE

ATHANOR, L’USINE QUI ASSURE L’INCINERATION DE NOS DÉCHETS PENDANT LA CRISE

 ATHANOR ASSURE L’INCINERATION DE NOS DECHETS PENDANT LA CRISE

Environnement – Sécurité – Intérêt général

Pendant tout le confinement, la collecte des déchets est fort heureusement maintenue à l’usine Athanor. Elle est effectuée par des travailleurs de l’ombre indispensables à la vie du territoire de Grenoble-Alpes-Métropole. Comment cela se passe-t’il sur le terrain pour assurer cette mission de service public en toute sécurité ?

La Compagnie de Chauffage, qui vient de renouveler pour 4 ans le contrat d’exploitation de l’Unité d’Incinération et de Valorisation Energétique Athanor à la Tronche, note une hausse des déchets à incinérer. L’ensemble des équipes sont restées mobilisées (environ 40 personnes) pour la gestion des déchets afin d’assurer la continuité de service de l’usine, activité ESSENTIELLE pour la salubrité et la protection de l’environnement.

Bien entendu, la sécurité est au coeur de cette organisation de crise : une stricte application des gestes barrières, un flux de personnes contrôlé pour limiter la promiscuité, une gestion des stocks des masques chirurgicaux, P2, P3, des gels hydroalcooliques, des lingettes désinfectantes… assurée quotidiennement par le magasinier d’Athanor et le chef de site. Le site a également opéré une révision du contrat de service de l’entreprise de nettoyage pour répondre aux risques liés au Covid-19 (2 passages par jour, désinfection de tous les points de contact…) 

 Nous disposons de stocks suffisants pour les prochaines semaines, et nous reconstituons en parallèle au mieux les stocks via différents canaux d’approvisionnement qui subissent de nombreux aléas auxquels nous tachons de nous adapter au mieux.” souligne Justine Bernard, Directrice Communication de la Compagnie de Chauffage. 

D’autres mesures ont été mises en place comme : 

 Le renfort des salariés du Chauffage Urbain dont certains sites ont été mis à l’arrêt (BIOMAX notamment) pour limiter les effectifs présents sur les différents sites de production de chaleur (2 sites sur 5 fonctionnent), de manière à assurer la sécurité des équipes et des installation. 

– Le report à la fin de la crise de certaines opérations techniques d’Athanor pour ne limiter les interventions qu’aux opérations d’urgence pour pouvoir assurer le fonctionnement technique des 3 fours pendant quelques mois supplémentaires. 

– Le déploiement de consignes supplémentaires auprès des agents DASRI (incinération des déchets hospitaliers) sur le port des EPI leur permettant d’assurer une protection complémentaire : combinaisons blanches et masques P2, tout en maintenant les moyens de protection habituels (port des gants, casque, chaussures de sécurité et tenue de travail adaptée). Les masques P2 sont utilisés au max 3h et jetés dans dans poubelles fermées, comme leurs combinaisons. 

 —————————————————————————————————————————————————————————————————–

*** Chiffres clés de l’UIVE (Unité d’Incinération et de Valorisation Energétique) Athanor ***

o   Centrale construite en 1972 et rénovée en 1994 et 2005

o   Nouveau contrat d’exploitation qui démarre au 1er mai 2020 et assuré par la Compagnie de Chauffage

o   47 salariés CCIAG

o   180 000 tonnes de déchets incinérés et  valorisés pour fournir de l’électricité  et de la chaleur au réseau de chauffage urbain soit l’équivalent de 35 000 logements chauffés et alimentés en eau chaude sanitaire

o   371 GWh d’énergie produite

o   36 % des besoins de chaleur du réseau de chauffage urbain sont issus de la récupération de chaleur de l’incinération des déchets

o   Matière brûlée à environ 1 200°

o   3 fours d’une capacité de 8 tonnes/heure de déchets

o   Source d’énergie qui évite l’utilisation de 32 000 tonnes d’équivalent-pétrole par an

o   Chaque habitant produit en moyenne 532 kg de déchets par an dont plus de la moitié d’ordures ménagère et assimilées

o   Obtention des certifications ISO 9001 (Qualité), ISO 14001 (Environnement), OHSAS 18001 sécurité et santé du personnel et ISO 50001 (management de l’énergie)

o   Fonctionne 365 jours/an

ATHANOR ASSURE L’INCINÉRATION DE NOS DÉCHETS PENDANT LA CRISE

Environnement – Sécurité – Intérêt général

Pendant tout le confinement, la collecte des déchets est fort heureusement maintenue à l’usine Athanor. Cette activité est menée par des travailleurs de l’ombre indispensables à la vie du territoire de Grenoble-Alpes-Métropole. Comment cela se passe-t’il sur le terrain pour assurer cette mission de service public en toute sécurité ?

La Compagnie de Chauffage, qui vient de renouveler pour 4 ans le contrat d’exploitation de l’Unité d’Incinération et de Valorisation Energétique Athanor à la Tronche, note une hausse des déchets à incinérer.  L’ensemble des équipes sont restées mobilisées (environ 40 personnes) pour la gestion des déchets afin d’assurer la continuité de service de l’usine, activité ESSENTIELLE pour la salubrité et la protection de l’environnement.

Bien entendu, la sécurité est au coeur de cette organisation de crise : une stricte application des gestes barrières, un flux de personnes contrôlé pour limiter la promiscuité, une gestion des stocks des masques chirurgicaux, P2, P3, des gels hydroalcooliques, des lingettes désinfectantes… assurée quotidiennement par le magasinier d’Athanor et le chef de site. Le site a également opéré une révision du contrat de service de l’entreprise de nettoyage pour répondre aux risques liés au Covid-19 (2 passages par jour, désinfection de tous les points de contact…) 

 Nous disposons de stocks suffisants pour les prochaines semaines, et nous reconstituons en parallèle au mieux les stocks via différents canaux d’approvisionnement qui subissent de nombreux aléas auxquels nous tachons de nous adapter au mieux.” souligne Justine Bernard, Directrice Communication de la Compagnie de Chauffage. 

D’autres mesures ont été mises en place comme : 

 Le renfort des salariés du Chauffage Urbain dont certains sites ont été mis à l’arrêt (BIOMAX notamment) pour limiter les effectifs présents sur les différents sites de production de chaleur (2 sites sur 5 fonctionnent), de manière à assurer la sécurité des équipes et des installation. 

– Le report à la fin de la crise de certaines opérations techniques d’Athanor pour ne limiter les interventions qu’aux opérations d’urgence pour pouvoir assurer le fonctionnement technique des 3 fours pendant quelques mois supplémentaires. 

– Le déploiement de consignes supplémentaires auprès des agents DASRI (incinération des déchets hospitaliers) sur le port des EPI leur permettant d’assurer une protection complémentaire : combinaisons blanches et masques P2, tout en maintenant les moyens de protection habituels (port des gants, casque, chaussures de sécurité et tenue de travail adaptée). Les masques P2 sont utilisés au max 3h et jetés dans dans poubelles fermées, comme leurs combinaisons. 

 ——————————————————————————————————————————————–

*** Chiffres clés de l’UIVE (Unité d’Incinération et de Valorisation Energétique) Athanor ***

o   Centrale construite en 1972 et rénovée en 1994 et 2005

o   Nouveau contrat d’exploitation qui démarre au 1er mai 2020 et assuré par la Compagnie de Chauffage

o   47 salariés CCIAG

o   180 000 tonnes de déchets incinérés et  valorisés pour fournir de l’électricité  et de la chaleur au réseau de chauffage urbain soit l’équivalent de 35 000 logements chauffés et alimentés en eau chaude sanitaire

o   371 GWh d’énergie produite

o   36 % des besoins de chaleur du réseau de chauffage urbain sont issus de la récupération de chaleur de l’incinération des déchets

o   Matière brûlée à environ 1 200°

o   3 fours d’une capacité de 8 tonnes/heure de déchets

o   Source d’énergie qui évite l’utilisation de 32 000 tonnes d’équivalent-pétrole par an

o   Chaque habitant produit en moyenne 532 kg de déchets par an dont plus de la moitié d’ordures ménagère et assimilées

o   Obtention des certifications ISO 9001 (Qualité), ISO 14001 (Environnement), OHSAS 18001 sécurité et santé du personnel et ISO 50001 (management de l’énergie)

o   Fonctionne 365 jours/an