Sélectionner une page
LES BRÄU : ILS LANCENT LEUR BRASSERIE EN PLEIN COVID

LES BRÄU : ILS LANCENT LEUR BRASSERIE EN PLEIN COVID

Les Bräu : ils lancent leur brasserie en plein Covid

Les Braü : ils lancent leur brasserie en plein Covid

Persévérance – Conso – Lancement Business

Les deux jeunes hommes sur la photo, ce sont Paul et Nicolas. 25 ans, amoureux des bonnes petits mousses… et deux caractères bien trempés !
Leur persévérance sans faille leur a en effet permis d’aller au bout de leur rêve. Remontons un peu le temps : on est en février 2020. Les deux amis ont bûché depuis plusieurs mois sur leur projet de brasserie et obtiennent l’accord de financement de la part d’une banque locale. Mars 2020 : le confinement arrive, avec toutes les mises à l’arrêt que l’on connaîtra. Dont bien sûr, la marche arrière enclenchée de la fameuse banque. Résultat pour eux : tout est à refaire. Dès l’été 2020, Paul et Nicolas contactent tous les responsables de banque qu’ils peuvent trouver sur LinkedIn, jusqu’à ce que l’une d’entre elles accepte enfin de le suivre. L’aventure continue !

Les deux entrepreneurs mettent la main sur un local dans la zone de Comboire, misent sur le seconde main pour le gros matériel : ils reprennent des cuves de brassage à une autre brasserie, achètent des fûts de bière reconditionnés… Il n’y a pas de petite économie !

Si les bières sont déjà en pleine production et disponibles à la vente au sein de leur brasserie ou chez quelques revendeurs locaux, l’idée est également de proposer dès 2022 un volet évènementiel. Paul et Nicolas souhaitent en effet mettre à disposition une scène locale avec des brasseries, des concerts, des expos, un bar animé… et ainsi créer un endroit convivial et laisser la part belle aux artistes locaux.

Chiffres clefs : 12 000 Litres de bières produits depuis le démarrage en novembre 2020, dont 4000 L vendus. Les deux amis aimeraient produire d’ici la fin de l’année 50 000 L.

“LA CRISE NE M’A PAS EMPÊCHÉ DE LANCER MON ACTIVITÉ PASSION”

“LA CRISE NE M’A PAS EMPÊCHÉ DE LANCER MON ACTIVITÉ PASSION”

“La crise ne m’a pas empêché de lancer mon activité-passion”

“La crise ne m’a pas empêché de lancer mon activité passion”

Petmarket – Art – Petit entrepreneur

Une nouvelle dose de Positive Attitude pour clôturer cette newsletter : Alexandre Jobert, graphiste de métier (à la fois indépendant et employé au FCG) a sauté le pas : il a décidé de prendre le contre-pied de ce contexte morose en lançant sa galerie de dessins inspirés des paysages montagneux de Grenoble. Fortement attaché à notre ville, cet artiste a toujours été mystifié par nos montagnes, leur aspect majestueux et imposant, leur puissance et leur beauté.

Le déclic, il l’a eu grâce au FCG : alors que le Club recevait Fabien Galthié en juin (pour les + néophytes d’entre nous : c’est le sélectionneur de l’Equipe de France de Rugby – ne nous remerciez pas-), sa Direction lui demande de réaliser un dessin représentant le territoire. Inspiré, il réalise un panoramique de Grenoble. Succès, émotion. Même pas peur, il se lance quelques semaines plus tard dans des séries. Aujourd’hui, 13 modèles composent la collection (Chaîne de Belldonne, du Vercors, Chartreuse, mais également d’autres massifs français).

“Le contexte nous empêche de fouler les montagnes, alors j’amène les montagnes chez les Grenoblois…” confie Alexandre Jobert.

Ses oeuvres sont disponibles en poster, sur toile tendue ou support aluminium brossé, via son site Internet Atelier Duo. Et puisqu’il aime Grenoble, il fonctionne en circuit court : ses créations sont imprimées chez Sepia Signalétique à Echirolles.

QWILD REVALORISE LES DECHETS DE VIANDE

QWILD REVALORISE LES DECHETS DE VIANDE

Qwild revalorise les déchets de viande

Qwild revalorise les déchets de viande

Petmarket – Recyclage – Pépite grenobloise

Estelle & Mégane ont créé Qwild, une société (lauréate de Réseau Entreprendre Isère) qui démocratise l’alimentation BARF pour nourrir sainement nos chiens et nos chats.
Le BARF est une tendance de nutrition basée exclusivement sur de la viande crue, non transformée, la plus naturelle possible, et pour faciliter l’accès à cette pratique, ces deux jeunes grenobloises se sont rapprochées des abattoirs et des éleveurs locaux pour leur proposer de recycler et revaloriser leurs déchets afin de les préparer en portion équilibrée et sur-mesure. 
Pour ce faire, elles ont développé un logiciel qui permet de prendre plusieurs critères en compte tels que : le poids, la taille, les allergies, la race de l’animal… afin de calculer la ration adéquate pour que nos animaux domestiques soient nourris à juste équilibre. Elles assurent donc le sourcing et le packaging de beaux morceaux de viande fraiche et os charnus.

Chiffres : compter 100€/mois pour nourrir un chien de 17 kg en moyenne, soit 3.30€ par jour pour qu’il mange sainement, sans pesticides, sans conservateurs et qu’il ait bonne haleine 🙂
A date elles ont déjà vendu 40 000 tonnes de viande depuis leurs débuts en 2018 ; un véritable marché en devenir qui touche de plus en plus de français soucieux de préserver la santé de leur fidèle compagnon !

ALTAE VIT UNE ANNEE RECORD ET VISE UN DEVELOPPEMENT EN FILIALES

ALTAE VIT UNE ANNEE RECORD ET VISE UN DEVELOPPEMENT EN FILIALES

Altaë vit une année record et vise un développement en filiales

Altaë vit une année record et vise un développement en filiales

Maintenance informatique – Croissance

Expert de la maintenance informatique, Altaë a vécu une année 2020 particulièrement active. L’essor du télétravail lié à la crise sanitaire a contribué au résultat record d’Altaë qui affiche une croissance de 200% depuis sa reprise en 2012 par Stéphane Ivanic alors salarié de la société. Des chiffres encourageants et l’arrivée d’une nouvelle Directrice-associée, Suzy Cazzaro (ex- Directrice de Réseau Entreprendre Isère) laissent présager de belles perspectives d’avenir et d’emplois pour le groupe qui se lance dans un développement en filiales afin de mailler le territoire et créer de l’emploi !

Avec à date une équipe de 25 salariés et un CA 2020 de 3 millions d’euros, Altaë ambitionne de créer 6 à 7 nouvelles filiales permettant de générer une centaine d’emplois et 20 millions de CA d’ici 2030.

(Crédit photo : john-schnobrich-Unsplash)

COMMUNIQUE DE PRESSE ICI

JEUDI MERCI AUTOMATISE LES ENVOIS DE CADEAUX DES ENTREPRISES

JEUDI MERCI AUTOMATISE LES ENVOIS DE CADEAUX DES ENTREPRISES

JEUDIMERCI AUTOMATISE LES ENVOIS DE CADEAUX DES ENTREPRISES

JEUDIMERCI AUTOMATISE LES ENVOIS DE CADEAUX DES ENTREPRISES

La Bonne Idée – Services – CRM  

Envoyer un cadeau aussi facilement qu’envoyer un e-mail : voici le pari que se sont lancés Léonie Williamson et ses 2 associés depuis bientôt 1 an. L’une des tendances RH est de gâter ses clients et/ou collaborateurs, a fortiori en période de crise et de télétravail plus ou moins forcé… mais c’est un poste qui demande du temps et de la logistique ! JeudiMerci,basé à Grenoble et qui a rejoint le Tarmac en juillet dernier, surfe sur la vague en ayant trouvé un process d’automatisation d’envois de cadeaux bien pratique pour les entreprises : anniversaire d’un collaborateur, d’un contrat, présent à envoyer à un prospect ? Tout ce calendrier est intégré dans le “cerveau” de JeudiMerci qui déclenche des envois aux dates-clefs et permet ainsi de décharger les entrepreneurs et leurs services marketing/commerciaux de cette tâche. Le (grand) p’tit plus : L’entreprise privilégie les cadeaux issus de l’artisanat français.

Si leur CA 2020 est de 100 000 euros (déjà !) grâce à des contrats avec de grandes entreprises comme Mano Mano ou Ornikar, JeudiMerci envisage de le multiplier par 8 à fin 2021. Une évolution qui peut sembler ambitieuse mais qui, selon la co-fondatrice, est totalement justifiée par un Business Model fonctionant sur le principe de récurrence et de fidélité des clients… qui ne pourront plus se passer de leurs services !